Site officiel de la commune de Muespach
Sur les hauteurs de Muespach dans le Sundgau...

La déportation

La Fuite en Suisse du 11 février 1943

Sur le point d'être incorporés dans la Wehrmacht, plusieurs jeunes du village et des villages alentours, se sont regroupés, ont quittés le village et ont  passés de nuit la frontière suisse malgré la vigilance des gardes-frontière allemands pour se réfugier en territoire helvétique.

Là-bas, ils n'étaient pas les bienvenus et craignaient d'être remis aux autorités allemandes car les Suisses ne voulaient pas de conflit . Ce ne fut heureusement pas le cas mais ils furent internés dans un camp à   " Bür an der Aare" et par la suite placés chez des cultivateurs comme ouvriers agricoles.

Pour Moyen-Muespach

  • Bohrer Joseph (Misslin)
  • Groell Joseph (Meister)
  • Gretter Antoine ()
  • Hatstatt Joseph (Gutzwiller)
  • Hemmerlin Alphonse (Groeppelin)
  • Hemmerlin Alphonse (Sutter)
  • Schoffmann Eugene ()
  • Schmitt Gustave (Martin)
  • Pflimin Joseph (Gutknecht) est parti plus tard au décès de M. Jud Martin. Originaire d'Oltingue il savait exactement comment passer la frontière pour rejoundre la Suisse.

Pour Muespach-le-Bas

  • Bohrer Arthur ()
  • Riether Joseph ()
  • schoffmann Arthur ()
  • Schumacher Marcel (Seginger)
  • Schumacher Auguste (Devalllant)

La déportation des familles du 25.02.1943

Comme ces jeunes étaient absents à l'appel, ils n'ont pas pu être incorporés dans la Wehrmacht (armée allemande). Ils furent alors considérés comme des déserteur par l'autorité allemande. De ce fait, leurs familles entières respectives furent arrêtées, rassemblées et regroupées à Altkirch dans la Halle aux blés puis dirigées vers la gare ou elles étaient embarquées dans des wagons à bestiaux,  déportées jusqu'en Allemagne puis transférées dans le camp de "Untermachtal".

Selon leur qualification professionnelle, tous les valides  furent répartis soit chez des artisans, dans des usines ou alors dans des exploitations agricoles. Les vielles personnes et les invalides furent internés dans un camp.

Le retour du 8 mai 1945 : Le voyage du retour n'a pas été organisé collectivement mais individuellement et au retour à la frontière, ils ont du remettre toutes leurs économies, des "Marck allemands" et ont même été controlés s'ils n'avaient pas de poux" sie wurden entläust". anecdote rapportée par Mme Maria Scheideck.

Durant l'occupation allemande, les trois Muespach étaient réunis en une seule commune et c'est M. GUTZWILLER Théophile qui était nommé "Ortsgruppenleiter". Les fermes abandonnées, suite à la déportation, étaient exploitées par des colons allemands durant cette période.

La seule personne prévue qui n'a pas été déportée fut M. Groell Louis dit "Väter". C'est après l'intervention de M. Amand Hemmerlin que M. Gutzwiller Theophile (Ortsgruppenleiter) est intervenu auprès des autorités et il a ainsi pu rester et aider Mme Marie Groell (épouse de M. Eugène Hemmerlin) a poursuivre son exploitation agricole. En fait ce Monsieur était agé, célibataire et n'avait pas de fils qui avait fui pour ne pas etre enrolé dans l'armée allemande.

 

Merci à Mme Maria Scheideck et M. Pierre Hemmerlin pour les propos rapportés.

Pascal Groell 2013.

Imprimer la page Partager la page Haut de page